Anecdote

Marc rentre de l’école :

« Maman ,aujourd’hui la maîtresse a crié avec les CP, pas avec nous les grands. Elle a dit : Vous me faîtes chier. On a le droit de dire  ça ? » …

Analyse et réflexions :
Difficile, certes,  de mener 2 niveaux (grande section maternelle +CP) dans une même classe, 28 élèves, début d’année scolaire…
Maîtresse consciencieuse, travailleuse, sensible, peut-être trop…
Mais comment lui « apprendre » :
– comment dire ses émotions, comment distinguer les niveaux de langue selon qu’on est dans un espace privé, familier  ou professionnel, soutenu ?
– comment ne pas accuser et culpabiliser les enfants ?
– hurler, crier, lâcher ses émotions brutalement produit des effets-miroir et donc de surenchère.
– culpabiliser quelqu’un ne peut produire que des effets négatifs : colère,  se sentir blessé, se refermer
– pourquoi ne pas assumer pleinement son rôle de maîtresse et dire : » JE m’énerve parce que (par exemple) il y a trop de bruit.
Cela permettra de travailler sur « l’objet », la notion de bruit.

Réponse à l’enfant
– « Tu sais bien que ce n’est pas très beau de dire cela. Mais parfois les adultes  aussi se mettent trop vite en colère.
– comment tu fais,  toi,  quand tu es en colère pour ne pas le dire avec des gros mots ? »
La mère aide l’enfant à mettre à jour ses ressources personnelles, essaie de ne pas  le placer en situation délicate, tiraillé entre l’école et la maison

Dorlise